Les Coudous de la Save, autrement appelés « Les coudous » sont un groupe de course à pied loisir basé à l’Isle Jourdain dans le Gers.

Créé en 2014, les Coudous aiment courir en nature et s’engager sur des défis.

Le groupe est composé de plus de 50 adhérents, femmes et hommes de tous âges pour qui la performance n’est pas l’objectif principal mais qui a pour valeurs la solidarité et la convivialité.

S’entraînant plusieurs fois par semaine, les coudous participent régulièrement à des trails, des courses natures et  des marathons. Nous participons également régulièrement à des courses pour des bonnes causes : ELA, Téléthon, accompagnement de personnes en fauteuil…

Les coudous de la Save souhaitent cette année franchir un pas supplémentaire dans leur implication solidaire en organisant une traversée du Gers en courant au profit du Téléthon.

Une partie de l'équipe des Coudous de la Save
Une partie de l'équipe des Coudous de la Save

Un coudou,  c’est quoi ?

Dans la vallée de la Save, un coudou c’est ça

2 coudous dans le gers

Dans le reste du monde, un coudou c’est ça

Un coudou en Afrique

Vous l’aurez compris, le Grand Coudou (également écrit koudou) est un animal africain de la famille des bovidés. Il vit en Afrique du Sud et les pays limitrophes. Le petit Coudou est quant à lui une Antilope  de taille moyenne, très élancée, fine et haute sur pattes, mais plus petite que son cousin le Grand Coudou et elle ne dispose pas de barbe sous le cou.

Enfin, le Coudou Gersois est un coureur assez convivial de la famille des homo couricus. Il vit principalement actuellement dans la vallée de la Save et ses alentours. Avec ou sans barbe, il se déplace généralement en troupeau que l’on nomme le cheptel. Enfin contrairement à ses cousins africains, il n’a aucune stratégie de camouflage… bien au contraire !

Pourquoi ce nom ?

Cela a débuté par un documentaire retraçant la chasse à l’épuisement réalisé en Afrique par nos lointains ancêtres. Les hommes chassaient alors les coudous tout simplement en les coursant pendant des heures. Les animaux n’ayant pas la même faculté de transpiration que l’homme, le coudou, du fait de la hausse de sa température corporelle, était obligé au bout de plusieurs dizaine de kilomètres, de ralentir et s’arrêter pour le plus grand bonheur du chasseur.

Cela est donc à petit clin d’oeil à nos ancêtres qui pratiquaient la course à pied et l’endurance longue.

Partenaires de l'association

Crédit mutuel Isle jourdain

Dingo beer - cave à bières